Onglets

Dernières chroniques

DERNIÈRES CHRONIQUES ROMANS

Dernières chroniques mangas / BD

DERNIÈRES CHRONIQUES MANGAS / BD

Dernières chroniques enfants

DERNIÈRES CHRONIQUES ENFANTS

1 oct. 2017

Pardon.

Erika Boyer
Pardon
208 pages
14€90



Tandis que le monde évolue et que la jeunesse fait preuve d’une plus grande ouverture d’esprit qu’avant, il reste tout de même des sujets dont il ne faut pas parler, des tabous qui ne sont pas prêts à être brisés. Mais quand l’inceste cache un amour inconditionnel, que deux âmes ont simplement eu la malchance de ne pas naître dans les bons corps, n’est-il pas envisageable d’accepter l’inacceptable ?

Will ne prendra pas le risque, il préférera partir à 600 km de sa sœur plutôt que de potentiellement l’entraîner dans sa déchéance. Reste à savoir si « loin des yeux, loin du cœur » est une réalité ou bien un proverbe menteur, et si Sarah acceptera de perdre son frère dans ce sacrifice amoureux.

« Je ne veux pas tourner la page. J’aime ce livre dont nous sommes les héros. »

C'est le premier livre que je lis sur l'inceste consenti et j'avoue avoir appréhendé un peu avant ma lecture, malgré mon esprit très ouvert. C'est un sujet tabou et, parce qu'il l'est, on peut avoir des préjugés malgré nous. Pour moi, l'inceste a toujours été synonyme de viol, d'abus, de mal. Quand l'auteure avait présenté son livre à travers une vidéo, j'ai découvert qu'il pouvait y avoir un inceste consenti ; je ne pouvais que découvrir son livre ! Même si je ne comprends pas comment il est possible d'aimer de cette façon quelqu'un de sa propre famille (c'est psychologique, ça reste assez compliqué à concevoir quand on n'est pas concerné je trouve), j'ai beaucoup aimé ce que l'auteure a fait du sujet. Il n'y a rien de choquant, bien au contraire...

Will est rongé par ses sentiments. Parce que son amour pour sa sœur n'a rien de sain, parce qu'il n'a pas le droit de l'aimer comme il l'aime, il préfère partir à 600 kilomètres du foyer. Loin de sa sœur, avec qui il est pourtant très proche si l'on fait abstraction de cet amour plus que fraternel, il tente de refaire sa vie. Nouvelle ville, nouvelle université, nouveaux amis ; Will a tout ce qu'il faut pour ne plus penser à elle. Et pourtant...

Pour avoir lu le second roman de cette auteure en premier (Le langage des fleurs), j'ai pu remarqué une nette différence dans le style d'écriture. Pardon est son premier roman, j'aurais tendance à dire que ça se ressent (même si ça veut trop rien dire, tout est relatif) mais par moments seulement. Par exemple, il y a quelques dialogues qui semblaient peut naturels (entre David et Will par exemple, ou encore entre eux-deux et la copine de David) et la narration est assez dense (alors qu'elle ne l'est pas du tout dans son second roman). J'ai donc un peu peiné à le lire ; pas à cause du thème, mais à cause de la densité du récit. Toutefois, je voulais savoir comment l'auteure allait amener les choses alors j'ai persisté. Donc, en effet, les événements sont longs à se dérouler... mais je pense que c'était nécessaire. Avec le recule, je me rends compte que si on était rentré directement dans la romance, on n'aurait pas forcément eu le temps de s'y préparer et on aurait pu être choqué ou rebuté. Ici, on a tout le temps de s'y faire puisque Will est seul durant les trois quarts du temps. Il n'est pas direct en couple avec sa sœur, ce n'est pas comme ça que l'auteure nous présente les choses.
D'abord, on apprend à bien connaître Will et en particulier ses sentiments envers Sarah qui le bouffent littéralement. Plus on passe de temps avec lui, plus on se rend compte à quel point c'est difficile et incontrôlable pour lui. Il n'a véritablement pas choisi d'être amoureux de sa sœur, il se maudit d'ailleurs assez pour cela et regrette constamment, amèrement, d'être son frère... Toutes ces longueurs, finalement, nous permettent de nous mettre dans la peau de Will. Alors, certes, je ne comprends pas plus comment tout cela est possible, c'est quelque chose d'inconcevable pour moi ; par contre, à la lecture de ce roman, je n'ai pas ressenti du dégoût envers Will, tellement ses sentiments paraissent purs. On voit une relation tout à fait banal, des sentiments amoureux "normaux".

L'auteur dépeint un véritable amour atypique avec légèreté et naturel. Rien n'est forcé. Les personnages ont tous un avis bien tranché sur la question, chacun y va de son ressenti et on ne voit aucune nuisance à travers cette relation si particulière. C'est ce que j'ai aimé dans ce roman : rendre quelque chose de tabou, d'atypique, totalement "normale". L'auteure y est parfaitement parvenue et ça reste donc une lecture bien positive malgré tout la densité du récit.

Si le sujet vous interpelle et ne vous rebute pas complètement, si vous avez l'esprit bien ouvert, n'hésitez pas à découvrir ce roman qui vous fera voir l'inceste d'une autre façon que celle toujours décrite. L'inceste consenti est sûrement bien plus présent qu'on ne le croit et il n'y a rien de mal à ça, d'autant plus que les sentiments de base sont les mêmes qu'entre personnes étrangères. Ici, il s'agit d'une romance entre frère et une sœur, et l'auteure nous livre une histoire sincère, foudroyante par moments tellement les sentiments sont forts, mais surtout très belle.






SimPlement.pro










3 commentaires:

  1. Comme je te l'ai dit sur SimplementPro, j'aime beaucoup ta chronique parce qu'elle est vraiment riche, détaillée. Elle m'a permis de voir ce que tu n'as pas apprécié, notamment les longueurs. C'est un défaut du livre que j'ai constaté grâce à mes lecteurs et j'espère m'être améliorée avec mon second et, mieux, avec mon troisième.

    Je comprends aussi que tu aies du mal à concevoir ce type d'amour. Je pense qu'il est très difficile de le comprendre à moins d'être concerné. J'ai tendance à ressentir ce que les autres ressentent (une sorte d'éponge émotionnelle ?) du coup, même si je n'ai aucun sentiment amoureux pour mon frère, je n'ai eu aucun mal à comprendre les témoignages que j'ai lus, mais je sais que ce n'est pas facile. Mais ça me fait justement plaisir que malgré ça, tu aies lu 'Pardon'. Cela prouve que tu ne rejettes pas l'idée d'un amour incestueux et je trouve ça super.

    Je te remercie sincèrement d'avoir pris le temps de lire mon livre et d'avoir rédigé cette chronique ! Je me permets d'abuser un peu plus de ton temps en te demandant si tu accepterais de le noter sur Amazon pour m'aider, s'il te plaît ? https://www.amazon.fr/Pardon-Erika-Boyer/dp/1520879326/ Merci d'avance !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui il y a une grosse différence au niveau de l'écriture avec Le langage des fleurs, qui est bien plus fluide et plus naturel aussi. On ne ressent pas du tout les mêmes bémols, ce qui montre donc que tu t'améliores avec le temps et c'est une excellente chose :)

      Oui je pense que je ne peux pas le comprendre parce que je ne le vis pas justement (ça marche pour beaucoup de choses ça...) mais je ne rejette pas le fait. C'est comme ça. Beaucoup de choses ne s'expliquent pas et l'amour n'a aucune logique... Après ça ne me choque pas plus que ça non plus et dans Pardon, on oublie limite qu'ils sont frère et soeur (et je pense que c'est grâce à Sarah ça ^^). Je suis comme toi, je suis une éponge émotionnelle aussi mais pour le coup ça ne m'aide pas à comprendre comment c'est possible ^^ Par contre, j'ai très bien ressenti ce qu'éprouvait Will et encore plus quand il en parlait avec sa soeur (il était pas très logique dans son raisonnement mais j'aurais pas agit différemment ; je suis un peu comme lui, je vais pointer du doigt quelque chose de négatif chez moi, que je trouverai positif chez quelqu'un d'autre ^^). Enfin, voilà, je trouve que tu as très bien décrit cet amour puisqu'on ne le ressent pas "mauvais" ou mal, et c'est déjà quelque chose d'excellent en soi :)

      Je vais essayer de faire ça oui, par contre je ne te promets rien parce que ça fait des années que je n'ai rien acheté sur ce site et je sais pas trop comment ça marche au niveau des commentaires du coup, s'il sera bien validé ou non... :/

      Supprimer
  2. J'espère continuer à m'améliorer, du coup ! Je prends les critiques et j'essaie de travailler sur mes faiblesses. Normalement, ça ne peut qu'aller mieux.

    Je ne sais pas si ça peut t'aider à mieux comprendre comment c'est possible mais j'ai une théorie. Impossible de la vérifier, je ne suis pas concernée, mais je pense que pour réussir à tomber amoureux d'un membre de sa famille, il faut que dans l'esprit il y ait une sorte de "cassure". Qu'au lieu de voir la personne comme ton frère, par exemple, tu la vois juste comme un homme. Je ne sais pas exactement comme cette "cassure" se produit. Ça peut venir de plusieurs choses je pense, un rêve par exemple ? Tu sais quand parfois tu rêves d'une personne et qu'après tu la vois très différemment de d'habitude, tu as une autre image. Je ne sais pas si ça te l'a déjà fait ? Et bah je me dis que ça peut arriver dans ce cas-là et ensuite en entretenant ce sentiment, tout bascule.
    Mais ce n'est qu'une idée, j'imagine qu'il y a bien des possibilités qu'on ne comprendra jamais >~<

    Je suis contente que tu aies ressenti les choses comme ça, merci ♡

    Il n'y a pas de problème, si tu n'y arrives pas c'est tant pis. J'embête tout le monde avec ça parce que les notes sont importantes pour les auteurs mais je ne veux pas que tu te prennes la tête avec ça alors ne t'en fais pas !

    RépondreSupprimer

Votre avis ?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...