Onglets

Dernières chroniques

DERNIÈRES CHRONIQUES ROMANS

Dernières chroniques mangas / BD

DERNIÈRES CHRONIQUES MANGAS / BD

Dernières chroniques enfants

DERNIÈRES CHRONIQUES ENFANTS

2 mars 2013

Le chemin d'ombres.

Patrick Eris
Le chemin d'ombres
Lokomodo - 2013
256 pages
6€50


Ce devait être une expérience toute simple dans la campagne anglaise. Une tentative de lier entre eux les rêves de trois cobayes, trois rebuts de la psychiatrie moderne. Brian, Sandy, Kenneth. De ceux que certains disent fous, mais aussi d'excellents rêveurs.
Mais l'expérience a mal tourné. Des gens sont morts. Et le docteur Marion Darras affronte le plus gros défi de sa carrière de psychiatre : que peut-il bien se passer par-delà le mur du sommeil ?


Mon avis :

Un thriller fantastique mettant en scène un univers onirique et psychiatrique, il ne m'en fallait pas plus pour m'attirer ! Et je ne suis aucunement déçue par ce roman, même s'il est un peu trop court à mon goût.

Marion Darras, psychiatre, a été appelé pour participer à une nouvelle expérience : faire des rêves de trois personnes, un rêve commun. Ainsi, les trois cobayes les plus difficiles à cerner et donc, à soigner, se voient contraints de dormir presque toute la journée, branchés à des électrodes. S'il ne se passe rien les premiers jours, c'est un vrai cauchemar qui finit par se révéler sous les yeux des psys. Plus l'expérience se renouvelle, plus les morts se multiplient sans raison évidente...

Ce roman est divisé en deux parties. 
Dans la première, le décor est planté mais c'est surtout la psychologie des personnages que l'on découvre, aussi bien du docteur Marion Darras que des trois cobayes, et ce, tout au long du roman. Un point bien développé et prenant qui m'a totalement convaincu !
Dans la seconde partie, l'histoire fait place au fantastique et c'est un véritable cauchemar qui commence avec beaucoup de tension et de suspense. Les cobayes font face à leurs peurs dans leur rêve commun et à partir de là, impossible de prévoir ce qu'il va se passer ! Tout ce que l'on sait, c'est que ce ne sera pas joli...
Certains chapitres sont du point de vue de Marion mais l'on a également les points de vue de Brian, Sandy et Kenneth, les cobayes. Un point fort appréciable pour comprendre ce qu'il se passe dans leur rêve et dans leur tête surtout !
L'idée est vraiment bonne et je l'ai trouvé bien exploitée même si j'aurai apprécié encore plus de détails et d'approfondissement en ce qui concerne les rêves et tout ce qu'ils engendrent. Je ne suis pas déçue pour autant, mais comme ce livre se lit très facilement et que l'on est vite pris dans l'engrenage, je n'avais simplement pas envie d'en ressortir aussi rapidement. Je reste donc sur un ressenti positif !

Les personnages sont l'un des points forts de ce thriller. Pour les cobayes, on a leur passé, leur folie, en détail. On sait pourquoi il se comporte de telle façon, de quoi ils ont peur et ce qui fait leur personnalité du moment. Ces descriptions sont très intéressantes à découvrir et nous plongent tout droit dans cet univers complètement hallucinant !
On a aussi beaucoup de descriptions sur Marion Darras et sur quelques-uns de ces collègues mais les trois sujets de l'expérience (et tout cet univers) m'ont tellement captivés, que je ne me suis pas vraiment attachée à elle. J'ai aimé la découvrir, la suivre, mais pas autant que les trois autres.

La plume est fluide et très agréable. Ce roman se lit en très peu de temps malgré la tension qui s'en dégage. Je dirai même que l'on a envie de vite en découdre pour éviter d'y penser sans cesse et pouvoir enfin respirer tranquillement !
C'est un excellent thriller fantastique que je conseille volontiers. Aucune prise de tête, un univers fluide et mystérieux et des personnages avec une personnalité unique et imprévisible, que demander de mieux ?




« Ils déjeunèrent sans hâte. En silence. Chacun se demandait ce qui les attendait. On ne leur avait rien dit, rien du tout. Qu'ils signent le papier, on les prendrait en charge, on s'occuperait d'eux. C'était ce qu'on faisait. Il suffisait de se laisser faire. Plus de problèmes, plus de douleur, on s'habituait, c'était tout. Se laisser vivre et essayer de ne plus penser. De ne plus avoir mal. Lorsqu'on ne pensait plus, on n'avait plus mal. »






66. Un nez - 13/170


4 commentaires:

  1. Tu m'as donné envie d'essayer celui ci ! Je ne connaissais pas du tout

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te le conseille vivement :) Il se lit à une vitesse folle et il est très prenant !

      Supprimer
  2. Tu me donnerais bien envie de le lire celui là tiens ...

    RépondreSupprimer

Votre avis ?

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...